123N'oubliez pas votre pseudo en votant ! Les votes rapportent des points pour les élèves et des p$ pour les membres du personnel.


 

Un nouveau camarade de chambre [Pv : Alex Lauzon]
Maison Dorédia
Sam 3 Déc - 18:26
avatar
Texte alternatif


Messages : 23

Âge du personnage : 18

Niveau : 5

Pokédollars : 1850

XP : 0

Couloir du dortoir des garçons de la maison Doredia, pas grand monde s’y trouvait, c’était le calme, tellement calme qu’on pouvait entendre des bruits de talons faisant écho. Bizarre pour le couloir des garçons. Est-ce qu’il y aurait une femme ? Mais non c’était un jeune homme châtain habillait d’une chemise uni blanche, d’un jean noir avec une paire d’escarpins noir. Oui, vous n'êtes pas entrain de rêver ; une paire d’escarpins sur un homme et pour couronner sa chevelure une petite barrette à fleur rouge très exotiques achetait spécialement pour son arrivé dans l’académie.

Ce garçon au look si atypique, c’était Brian un jeune garçon de la région de Kalos tout fraîchement arrivait dans la région pour étudier pour devenir le top des coordinateurs. Le garçon était accompagné de son compagnon de route son petit poupounou un caninos jovial mais très timide qui portait fièrement un petit nœud autour du cou au motif très exotique (des petits ananas sur un fond jaune orangé). Le pokemon suivait son dresseur avec un peu d’appréhension, il avait toujours du mal avec les inconnus autant humain que pokemon. Voyant son petit caninos pas très sur Brian s’arrêta un instant pour se mettre à sa hauteur pour caresser son caninos pour le rassurer.


- Ne t’inquiète pas poupounou je suis sûr que notre compagnon de chambre sera très sympa, tu verras.

Une fois Poupounou rassurait, il reprit la route de sa chambre en tirant sa valise à roulette. Il finit par s’arrêter devant la porte de la chambre 01 cessant les bruits de talon qui résonnait dans le couloir. Brian se prit un petit instant pour remettre ses vêtements en place, sa barrette ainsi que le nœud de son pokemon. Il prit une petite respiration avant de toquer à la porte pour annoncer son arrivé.

- Bonjour, je rentre.

Le garçon poussa la porte pour entrer dans la chambre doucement en tirant sa valise, le caninos mit un peu plus de temps pour entrer pas trop rassuré se demandant ce qu’il attendait. Brian observa rapidement la chambre avant de regarder son camarade de chambre pour lâcher sa valise et se diriger vers lui en lui tendant une main chaleureuse.

- Je suis Brian Baker, ton nouveau camarade de chambre enchanté de faire ta connaissance. Et je te présente mon petit Poupounou mon ami.

Le canidé alla vite fait se cacher derrière les jambes de son dresseur quand il entendit qu'on parlait de lui.

-Ho désolé il est extrêmement timide avec les gens qu'il ne connait pas.
Voir le profil de l'utilisateur
Maison Dorédia
Lun 12 Déc - 22:28
avatar
Maître suprême des lapins


Messages : 668

Âge du personnage : 20 ans

Niveau : 31

Pokédollars : 2200

XP : 145

A new roommate

Welcome in a Wonderland
Maison des dorédia. Ton territoire, ton repère quand t'as rien à faire. Aujourd'hui encore tu t'y es réfugié, des écouteurs dans les oreilles, ta tête enfoncée dans la capuche de ton sweat. Tu pousses la porte d'entrée, effaçant quelques instants ton humeur du jour pour laisser un visage neutre, sourcil froncé et l'air menaçant à l'intention des filles de ta maison. Histoire d'être un minimum respecté et parce que t'as pas vraiment d'issues pour être tranquille, étant le seul mec de la maison. Loin que l'idée d'avoir ce harem pour toi ne te déplaise, mais au fil du temps, tu dois bien te l'avouer, le manque de virilité te manque. T'aimerais bien avoir un ou deux garçons avec qui traîner sans à avoir à sortir dehors pour pénétrer dans une autre maison. Bon en même temps tu as très peu d'amis et personne n'ose venir te voir. De toute façon, amis ou non, tu fais tout de même les conneries que tu veux. Tu avances dans la salle, balançant ta tête au rythme des basses de la musique, mimant les paroles sur le bout des lèvres, certains s'échappant dans un souffle discret. Arrivé devant la porte de ta chambre, un coup de clé dans la serrure, la porte s'ouvre dans un grincement strident. Quelques rares rayons filtrent par les volets de ta chambre, venant ainsi chatoyer la pièce assombrie par l’obscurité. T'avance dans la chambre, trainant des pieds et heurtant certains vêtements qui jonchaient le sol, laissant échapper par la même occasion des petits grognements de mécontentement. Tes mains viennent glisser le long de ton corps meurtri, découvrant celui-ci en attrapant les pans de ton haut que tu remontes lentement. Tu jettes ensuite le vêtement sur le sol, à tes pieds. Tu dévoiles ainsi un torse parsemé de tes divers piercings, marqué par les coups de la vie, les coups du hasard et ceux que ta paternelle d'origine t'a si gentiment donnés. Des cicatrices fines, un peu roses, parsèment cette peau trop pâle, accompagnées de quelques brûlures de cigarettes. Ta dépouille est le vestige de toutes tes conneries, de toutes les fois où t'as cherché à te pousser plus loin, à te surpasser encore plus et toujours, mais aussi celui de ton putain de passé qui te dégoûte amèrement. Cette constatation te procure un frisson désagréable le long de ton échine. Tes cheveux blonds sont, comme d'habitude, en bataille sur ta tête, ayant été modelés par tes doigts fins. Tandis que tes yeux sont soulignés par des traits violacés, preuve de ta vie nocturne quelques peut mouvementer. Témoignage aussi de la maltraitance que tu portes à ton enveloppe charnelle. Justement tu plisses les yeux, constant avec joie que ton lit est parfaitement libre, bien rangé, avec des draps propres... T'en profite pour t'approcher un peu plus, tu t'écroules dedans, laissant ton dos épouser le matelas de celui-ci. La sensation est toujours aussi délicieuse et tu pousses un petit soupir de bien-être. Balancement des hanches, des épaules, prise d'élan et te voilà allongé sur le ventre, épousant parfaitement la forme du matelas, tête nicher contre ton oreiller que tu écrases avec amour. Néphie remue sans cesse près de toi, alors que tu la surveilles un peu, juste un instant, comme une mère avec son enfant avant d'augmenter le son de ta musique et t'enfermer dans ton petit monde. Ta bulle que rien ne peut éclater. Quelqu'un toque à la réponse, tu t’entends pas. Bonjour, je rentre. Quelqu'un te parle pourtant, mais t’entends toujours rien. Une personne entre, mais avec la musique, la pièce assombrit, t'en oublies complètement ton entourage. Tant que tu ne perçois même pas la personne ouvre la porte et entre dans ton territoire, valise à la main et large sourire aux lèvres. Ou plutôt, tu ne cherches pas à comprendre. Je suis Brian Baker, ton nouveau camarade de chambre enchanté de faire ta connaissance. Et je te présente mon petit Poupounou mon ami. Une ombre t'envahit quelque peut. Tu la sens malgré le fait que tu ne la vois pas et que la musique couvre chaque bruit. Tu rouvres aussitôt les yeux, les sourcils légèrement froncés et tu tires d'un coup sec sur tes écouteurs en croyant entendre un semblant de voix s'élever. Les traits de ton visage s'adoucissent en découvrant celui du jeune homme qui te fait face. Tu le détailles longuement, sans gêne, ayant parfaitement conscience que cela puisse le mettre mal à l'aise. Mais tu t'en fiches, tu veux savoir à qui tu as à faire. Tes yeux glissent avec une certaine lenteur sur l'inconnu avant de remonter pour s'attarder sur son visage souriant. Tu sais pas pourquoi, mais il te plaît déjà celui-là. Tandis que t'admire l'inconnu, un canidé se cacha assez vite derrière les jambes de son maître, ouais, tu supposes qu'il lui appartient vu comment il le colle. Ho désolé il est extrêmement timide avec les gens qu'il ne connait pas. Ton regarde cette porte sur le petit chien de feu, le fixant longuement avant de reprendre ton analyse sur cette nouvelle personne. Des escarpins, une barrette... Il manque plus qu'une robe et un string rose bien flashy, putain, t'étaient tombée sur quoi encore... Pas que tu n'aimes pas l’originalité, mais disons que ses chaussures sont inappropriées pour son type de musculature osseuse, voire même sa corpulence. Imaginez un homme relativement sportif et envahi de muscle, avec des talons putain... Tout son poids réparti sur des chaussures portant un talon relativement fin dont il faut énormément d'équilibre et des années d’entraînement pour tenir sans souffrir. Si tu penses ainsi, c'est que t'es bien calé sur le sujet de la morphologie humaine. Mais oublions ce foutu détail. Tu te lèves lentement, genoux posés sur le matelas, te penchant un peu vers le nouveau pour t'approcher au possible de lui alors que l'une de tes dextres agrippe la sienne pour le tirer, l'autre main posée contre son dos, ainsi tu le tenais fermement dans tes bras, effleurant de tes doigts fins de haut en bas sa colonne vertébrale, laissant ainsi une trainée plaisante jusqu'à sa nuque, ton visage proche du sien, sentant presque son souffle contre ta peau, on pourrait presque croire que tes lèvres allaient effleurer les siennes. Alors comme ça... C'est toi qui vas devoir me supporter ? Bienvenue dans le pire endroit de l'académie ! Tu lui dis, d'un ton sarcastique, avant de te redresser, un sourire presque mesquin sur le bout des lèvres. Enchantée Brian et...Poupounou. Disais-tu d'un ton un peu trop jovial pour que ça soit naturel. Sans attendre tu lâches ainsi ton emprise que tu avais sur lui, reculant ainsi de quelques centimètres, genoux toujours posés sur ton lit. Tes dents viennent taquiner ta lèvre inférieure alors que tes yeux sont toujours fixés sur la moue du jeune Brian. Tu ne te risques pas à imaginer sa réaction. Bien que tu en sois curieux. Tu prends une longue inspiration alors que tu ramènes ton corps contre le sien, tes mains venant s'emparer des siennes. Tu glisses une main au niveau de ses reins pour mieux le ramener contre toi avant de le tirer. T'en profite pour l’examiner minutieusement, sa taille, sa musculature, mais aussi sa corpulence en général... Tout ceci pour calculer sur certaines théories, voir ce que tu pourrais faire prochainement avec lui, bon t'avoue, t'en profite aussi pour le taquiner et le traumatiser au maximum pour pas qu'il t'emmerde de trop, t'aimerait rester le dominateur de la chambre, mais aussi celui de la maison tout entière. Après un bon moment passé à le toucher ainsi, frôler de tes mains experte, t'ose enfin t’éloigner de lui et quitter définitivement ton lit. Tu te lèves, doucement, un léger rire s'échappe de tes lèvres entrouvertes. Sorry pour le bordel. Mais tu vas devoir t'y faire... J'suis pas un maniaque de la propreté, puis d'ailleurs t'auras des petites règles à suivre, mais ne t'inquiète pas, je déconnais tout à l'heure... J'suis facile à vivre quand on me fait pas chier. Disais-tu de ton air taquin, t’esclaffant un moment alors que ta boule spectrale s'approche de toi, ce nichant au creux de ton cou.
1305 mots

Ft.Brian Baker



Voir le profil de l'utilisateur
Maison Dorédia
Lun 6 Mar - 0:29
avatar
Texte alternatif


Messages : 23

Âge du personnage : 18

Niveau : 5

Pokédollars : 1850

XP : 0

Alors que Brian examinait son nouveau camarade de chambre, il n’eut même pas eu le temps de finir de compter le nombre de piercings que le garçon avait au visage qu’il se retrouva en train de perdre son équilibre, car son colocataire l’avait attrapé pour l’attirer contre lui. Le jeune dresseur ne comprenait pas trop la situation, alors qu’il était tranquillement à faire des présentations amicales voilà qu’il se retrouvait coller contre son colocataire les deux mains posaient sur son torse pour se retenir. Si ça continuait de cette façon, on aurait droit à un film à l’eau de rose, que Brian regardait parfois avec sa mère en mangeant de la glace. Mais le garçon sortit vite de ses souvenirs quand un frisson parcourut tout son corps laissant échapper un petit soupir de bien-être. Il se sentit totalement ridicule de se montrer dans cet état face à un parfait inconnu. Quand l’étreinte s’arrêta le garçon s’éloigna de quelque pas pour remettre ses idées en place.

-Hum te supporter, enfin éviter ton côté nymphomane. Enfin je crois, je ne sais pas mais c’est assez bizarre de sauter de cette façon-là sur un inconnu. Non mais attend qu’est-ce que tu ...

Voilà l’inconnu venait encore de recommencer, se retrouver tout contre ce garçon ce n’était pas déplaisant mais bon c’était son colocataire donc mieux vaut éviter les histoires de cul, il ne connaissait même pas son nom et il avoue avoir du mal à supporter ce genre de comportement être dominant oui, mais pas à ce point-là. Brian avait vraiment du mal à savoir comment réagir, il n’était pas violent de nature donc il n’allait pas le taper, il n’était pas du genre à coucher avec le premier venu sans même connaitre son nom donc il restait comme solution de rester bête devant cette situation et d’attendre. Une fois que ce pervers (oui il le considérait comme un pervers) le libéra le garçon alla attraper sa valise pour la poser sur le lit de libre.

Brian haussa un sourcil lorsque le bond s’esclaffa, c’était vraiment un individu unique tout comme lui mais bon d’une façon différente. Il finit par reprendre ses idées et faire réapparaitre son sourire amical sur son visage.

-Peu importe le bordel tant que tu ne le mets pas sur mon lit et mes affaires ça me va…. De plus tu sais c’est bien gentil de me sauter dessus de cette façon, mais la moindre des choses seraient me dire ton nom.

Dit-il tout en ouvrant sa valise pour commencer à ranger ses affaires dans le placard vide, pas mal de vêtements de style totalement différent autant féminin que masculin. Ainsi que trois costumes de scène que ses parents lui avaient offerts quand ils apprirent que leurs fils voulaient être coordinateurs. Le garçon finit aussi de retirer ses chaussures car les escarpins, c’est plutôt joli, mais à la longue ça fait mal, même très mal.

-Ho que ça fait du bien … non mais attend c’est quoi comme pokemon que tu as là prés de ton cou … il est magnifique et trop adorable.

Oui Brian venait de reporter son attention sur son colocataire et il finit par remarquer la boule spectrale, elle était d’une beauté. Une petite boule noire entourée d’une espèce de gaz ou de fumée. Le garçon s’approcha donc d’Alex pour pouvoir observer de plus prés le pokemon. Il rechercha dans ses souvenirs pour savoir s’il avait déjà vu ce pokemon mais ça ne lui dit rien du tout.


- Magnifique vraiment époustouflant de cette beauté, je n’avais jamais vu ce pokemon spectre avant. Enfin je crois qu’il est spectre vu son apparence.
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé